CORONAMASTE ! Chroniques d’un voyage et d’un virus annoncés – MARS 2020

10/10 au rendez-vous à l’aéroport : tous les inscrits sont présents, pas d’annulation. Nous sommes tous de bonne humeur et impatients de partir. Une certaine tension est cependant palpable à l’enregistrement où certains agents et clients portent des masques. A bord d’AIR INDIA, le personnel en est entièrement équipé et nous faisons connaissance avec quelques étudiants Indiens résidant en France qui rentrent au pays. Le vol est plein.

Mercredi 04 Mars : Delhi

A notre arrivée, nous devons remplir un questionnaire médical pour savoir si éventuellement nous pourrions être infectés par le Coronavirus. L’information sur ce virus est présente partout à l’aéroport de New-Delhi alors qu’elle était quasiment absente à Paris. Formalités de Visa accomplies sans encombre, nous sommes accueillis par notre agence habituelle, Orient Express, et nous installons à l’hôtel Indus que nous connaissons bien. L’après-midi, accueil inquiet mais chaleureux à Giri Nagar chez Project WHY en présence d’Anou et de ses fidèles collaboratrices : déjeuner, discussions, visite des petits de la crèche et contact avec quelques jeunes de la Section Handicapés dont la terrasse a été détruite la semaine précédente par un incendie accidentel. Nous livrons aussi tant bien que mal nos 10 valises avec plus de 200 kg de matériel, vêtements et jouets et en profitons également pour fêter joyeusement et en avance HOLI :  la Fête des Couleurs annonçant le printemps aura lieu le 10 Mars, mais pour la première fois, sans les grands rassemblements habituels au Nord de l’Inde.

Jeudi 05 & Vendredi 06 Mars : Pondichéry

Après un vol de 3 heures pour Chennaï (l’ancienne Madras) et autant de route, nous arrivons enfin à Pondichéry. Nous découvrons ou redécouvrons avec plaisir Pondichéry, l’ancien Comptoir Français de la Cie française des Indes Orientales, créée par Colbert en 1664 et dont Dupleix fut le Gouverneur.

Samedi 07 Mars : Pondichéry – Auroville – Chennaï/Mysore

Nous visitons Auroville, cité idéale et utopique créée en 1968, puis remontons la Côte de Coromandel jusqu’au village de MUTTUKADU : c’est ici, il y a 15 ans précisément, qu’en compagnie de notre ami DV Sri Daran, Project WHY, la Fondation LEILA FODIL et Enfances Indiennes reconstruisaient des bateaux de pêche pour les familles des villageois meurtris. Le Tsunami avait frappé fort, trop fort, fin Décembre 2014 : une rencontre pleine d’émotion et de souvenirs pour un malheur qui avait été fondateur pour notre association. Après avoir rejoint l’aéroport de Chennaï, nous nous envolons pour Mysore, l’ancienne capitale princière du Royaume du même nom : notre première étape dans l’Etat du Karnataka.

Dimanche 08 Mars : Somnathpur – Sri Rangapathnam – Mysore

Nous fêtons la Journée Internationale de la Femme devant l’entrée du temple de Somnathpur, visitons l’île de Srirangapatnam puis le Palais de Mysore, où nous faisons connaissance avec les frasques du Maharadja. Nous revenons sur nos pas le soir pour découvrir des illuminations extraordinaires.

Lundi 09 et Mardi 10 Mars : Mysore – Sravana Belgola – Bylakuppé – Madikeri – Hassan

Nous quittons Mysore pour les montagnes de Coorg en passant par le sanctuaire Jaïn de Sravana Belgola et le campement tibétain de Bylakuppé : les Tibétains, dont la gentillesse est légendaire, commencent à nous regarder de manière un peu circonspecte … Nous arrivons enfin à Madikeri où nous observons que les éboueurs portent des masques… Découverte de superbes paysages et plantations : nous faisons le plein d’épices avant de continuer pour Hassan. 

Mercredi 11 Mars : Hassan- Belur – Halebid – Hampi

Au fameux temple Hoysala de Belur, nous découvrons le premier poste d’observation du Coronavirus dans un site touristique. Nous continuons sur Halebid, autre merveille d’architecture Hoysala, puis vers Hampi pour une belle après-midi de route. Nous sommes également accueillis avec une certaine crainte à notre hôtel d’Hampi : que faire avec des étrangers potentiellement porteurs du virus ?

Jeudi 12 Mars : Hampi

Impossible de bouger de l’hôtel. Nous apprenons que nous y sommes confinés… et que nous ne verrons probablement pas le site d’Hampi, ancienne capitale du Royaume de Vijayanagar : c’était le clou de la partie touristique de notre voyage! Mais l’ambiance est bonne, le groupe est formidable, l’hôtel est des plus sympathique et le personnel, surtout en restauration, fait son maximum pour nous, avec certainement…la peur au ventre. Les mesures pour lutter contre le virus sont strictes au Karnataka et un ordre de confinement général de 14 jours vient d’être décrété par le Gouvernement central pour toutes les personnes arrivées en Inde après le 15 Février !

Vendredi 13 Mars : Hampi

Confinés à l’hôtel, toujours pas de visites. Le lieu est plus que sympathique et le personnel au petit soin : cours de cuisine, visite du jardin bio, spectacle de danses ! Pendant ce temps-là, notre agence tente de négocier notre sortie avec les autorités du Karnataka : le Consulat de France à Bangalore, que nous avions contacté, tente aussi de nous aider dans cette démarche tout en nous faisant comprendre qu’il ne peut interférer dans les décisions indiennes. Rien n’est donc sûr et le week-end arrive… Ravi, notre guide, se fait un sang d’encre : pour lui aussi, c’est une première !

Samedi 14 Mars : Hampi – Bangalore

Ça ne bouge toujours pas, puis en fin de matinée, nous obtenons les autorisations pour quitter le Karnataka : bouclage des valises, dernier déjeuner et quelques photos souvenirs avec le personnel de l’hôtel. Il ne nous manque plus qu’une visite à l’équipe médicale officielle dans un dispensaire, étape indispensable : questionnaire individuel, prise de température, recommandations et obligation du port du masque jusqu’à Bangalore que nous atteindrons le soir après 6 heures de route. Stratégie : ne pas s’enregistrer dans un hôtel sous peine de nouveau confinement ! Diner tardif et courte nuit dans le lobby d’un hôtel au personnel très compréhensif.

Dimanche 15 Mars : Bangalore/Delhi

Le petit déjeuner nous est même offert avant que nous ne partions pour l’aéroport tout proche et déjà bien actif à cette heure matinale. L’aéroport est plein et la quasi-totalité des passagers sont masqués : nous aussi car depuis notre visite à Pondichéry, nous essayons d’en acheter au fur et à mesure de nos visites. Nous prendrons un des tous premiers vols pour Delhi non sans avoir quitté à regret notre guide Ravi qui a fait avec nous bien plus que son travail normal : d’une rare prévenance, il nous a épaulé à chaque instant et même fait bénéficier depuis 10 jours d’une Wifi collective dans le bus, luxe suprême dans cette période de doute et d’incertitude: ceci nous permettra d’être en contact permanent avec tous nos proches. Arrivés à Delhi, nous faisons le point chez Anou en compagnie de sa famille dont Utpal fait désormais partie : situation comparative du Coronavirus en Inde et en France, état des Centres de Project WHY…

Lundi 16 Mars : Delhi

Après avoir « oublié » la ville d’Hyderabad que nous ne pourrons voir, nous reprenons notre programme normalement prévu à Delhi : thé de bienvenue le matin dans la famille de Rani, visite du centre d’Okhla avec l’ensemble des éducateurs puis du Women Center situé à Madenpur Khader. Peu d’enfants sont là du fait de la fermeture des écoles, mais les éducateurs, motivés et anxieux de la suite, sont au rendez-vous pour nous accueillir de la manière la plus chaleureuse possible. En milieu d’après-midi, nous partons à la découverte du Vieux Delhi avec notre ami Ashok, notre deuxième guide… Le soir 2 nouvelles lors du diner : la mauvaise est que nous n’avons plus de vol Air India pour rentrer, la bonne est que nous avons quand même trouvé des places avec la Cie Emirates.

Mardi 17 Mars : Delhi

Rendez-vous aux fabuleux Jardins Moghols de Lhodi pour un pique-nique improvisé avec une partie de l’équipe éducative de Project WHY : jeux et danses où nous nous amusons tous comme des fous, accompagné bien sûr d’une musique Bollywood ! Pour les remercier, notre petit groupe effectuera une belle démonstration de « disco » à la française sur un air d’Alexandrie avec Claude François… un super souvenir qui restera gravé dans nos mémoires ! L’après-midi, nous continuons avec la visite de New-Delhi, du temple de Lotus jusqu’au dernier temple Sikh en passant par la porte de l’Inde. Merci Ashok !

Mercredi 18 Mars : Delhi / Dubaï / Paris

Dernier shopping le matin pour les irréductibles dont nous ne citerons pas les noms ! Bagages faits, nous quittons l’hôtel pour notre dernier déjeuner au fameux restaurant MAMAGOTO de Khan Market : partenaire de Project WHY, le meilleur accueil nous y est toujours réservé. Khan Market nous permet également de finir nos emplettes avant de revenir chez Anou pour un dernier « au revoir ». Nous quittons l’Inde avec regret et non sans une certaine angoisse pour ce pays que nous aimons tant comme pour le nôtre où les mauvaises nouvelles autour du virus commencent à s’amonceler avec son cortège de malades et de nombreux décès.

Jeudi 19 Mars : Arrivée à Paris

Après un petit transit de nuit à Dubaï et 2 vols impeccables d’Emirates, nous arrivons de bon matin à Roissy-Charles de Gaulle, le 19 … comme prévu. Stupeur à l’arrivée, pas un mot sur le Coronavirus, pas de contrôle si ce n’est celui – normal – des passeports et tous (près de 600 personnes pour un A-380) agglutinés les uns derrière les autres : vive le confinement ordonné en France 2 jours plus tôt ! 

Vient l’heure attendue de retrouver nos familles mais aussi celle de nous séparer … le cœur un peu lourd mais riche d’un superbe et unique voyage. Son titre le présageait : « Une Inde du Sud Spéciale ! »

Tous nos remerciements à l’ensemble de l’équipe de Project WHY, Anou et sa famille, Rani et la sienne, Utpal et Babli, DV Sri Daran, nos guides Ravi et Ashok, Jean-Charles Hermet et Air India Paris, le Consulat de France à Bangalore, nos chauffeurs du Karnataka, le personnel de l’hôtel Heritage Resort à Hampi, Mamagoto, notre agence réceptive Orient Express et tout son staff, sans oublier Voyage Voyage et bien entendu la fameuse équipe des participants à ce voyage : ils ont été vraiment formidables !

Les Voyages Enfances Indiennes sont des voyages solidaires. Outre nos visites et échanges avec Project WHY, ce voyage a permis de collecter et distribuer :

  • Plus de 200 kg de vêtements, matériel scolaire et jouets (merci à tous les donateurs),
  • 150 €uros de dons par participant, soit 1.500 €uros.

Les nouvelles – Mars- Avril 2020

L’Inde, extraordinaire sous-continent de plus d’un milliard d’habitants, vient d’adopter le confinement depuis le 24 Mars afin de lutter contre la pandémie due au Coronavirus.
Vols internationaux interrompus, vols domestiques et trains à l’arrêt tout comme les bus, frontières entre états fermées, seuls les services essentiels restent opérationnels : les métros, taxis, magasins, bureaux, usines, restaurants, centres commerciaux, lieux de culte, chantiers, salles de spectacle comme de sport sont fermés jusqu’à nouvel ordre.
Des millions d’emplois ont été rayés de la carte d’un seul coup pour les travailleurs du quotidien qui perdent du coup toute rémunération : les grandes villes de l’Inde se vident alors de ses habitants les plus fragiles qui essaient de rejoindre leurs villages, parfois situés à plusieurs centaines de kilomètres.
Que vont devenir les plus pauvres, tous ceux qui n’ont pas de logement ou qui ne recevront plus de salaire ?

Au centre éducatif Project WHY d’OKHLA à New-Delhi, le 16 Mars 2020

En Inde, les gestes barrières face au Coronavirus sont les mêmes que chez nous… et pourtant :

– « Restez chez Vous/Stay Home » : mais que faire quand on n’a pas de logement ?

– « Distanciation Sociale/Social distancing » : mais que faire dans la promiscuité de la population ?

– « Lavage des mains/Hands wash » : mais que faire quand on n’a même pas l’eau courante ?

Vendredi 10 Avril au centre Project WHY d’OKHLA avec Seema

Pendant ce temps, et malgré la fermeture temporaire des centres éducatifs de Project WHY pour les enfants, l’action continue dans les mêmes lieux envers leurs familles des plus démunies : Vendredi 10 Avril, « Good Friday/Vendredi Saint » en Inde, des vivres de première nécessité étaient distribués au centre d’OKHLA grâce, entre autre, à Mr Khabir SURI des restaurants MAMAGOTO, fidèle partenaire de Project WHY et membre plus qu’actif de son Bureau. Sa famille en Angleterre, à travers la Fondation SAVITRI, finance également la fourniture de 1.000 repas par jour (500 le midi et 500 le soir) pendant un mois. Le Samedi 11 Avril, c’était le tour du Yamuna Center et des familles d’ouvriers agricoles pour la distribution des vivres de première nécessité.

Dharmender et son équipe au Yamuna Center de Project WHY

Les distributions de vivres dans les centres de Project WHY continuent : après celles d’OKHLA vendredi 10 Avril, c’était le tour du YAMUNA Center Samedi 11 puis encore ce mardi 14 pour les dernières familles les plus pauvres (5 kg de farine, 5 kg de riz, 1 kg de sel, 1 kg de lentilles, 1 litre d’huile par famille).

Le Gouvernement de Delhi distribue aussi des cartes de rationnement pour les plus nécessiteux et le confinement est désormais repoussé au 03 Mai.

Si vous voulez nous aider dans cet élan collectif de solidarité, c’est avec plaisir que nous recueillerons et ferons parvenir vos dons comme à l’accoutumée à Project WHY : https://www.enfancesindiennes.org/nous-aider/don-en-ligne/

Les nouvelles – Novembre Décembre

Pic de pollution !

Vous avez certainement tous vu à la télévision le spectaculaire pic de pollution qui sévissait à Delhi début Novembre : manque de visibilité, circulation alternée, écoles fermées pendant plusieurs jours… sauf les centres éducatifs de Project WHY qui continuaient à accueillir les enfants. Les causes de cet épisode de forte pollution ? : les pétards de la fête de Diwali, la pratique (interdite) des brûlis par les cultivateurs, les émissions industrielles et celles des automobiles, ainsi que l’absence de vent. En 2017, la pollution de l’air a causé 1,2 million de décès prématurés en Inde, selon une étude de la revue scientifique The Lancet. Le pic est passé, le soleil est revenu sur la capitale mais Delhi reste néanmoins la ville la plus polluée au monde. Il s’agit bien d’un nouveau défi pour l’ensemble de la population et les jeunes de Project WHY sont les premiers touchés.

Après la pollution, le froid … 

 

 

 

On imagine toujours une Inde ensoleillée où il fait chaud, mais le pays est tellement grand que la réalité est différente selon que l’on habite au Nord du pays, soumis aux rigueurs des proches sommets himalayens, ou tout au Sud, près de l’Océan Indien… Alors, début décembre, commencent les basses températures qui dureront à peu près jusqu’à fin janvier à Delhi. Le midi est ensoleillé mais les nuits et les matinées sont froides, sans chauffage ni isolation dans les habitations les plus modestes. L’occasion d’équiper de la part d’Enfances Indiennes les plus démunis et les plus vulnérables : les enfants du Yamuna Center, les petits de la crèche et les jeunes handicapés de la « Section Extraordinaire ». Bonnets, chaussettes et pulls, achetés localement, les réchaufferont en attendant les beaux jours ! 

Visites du CSKM 

 

 

 

Issus de Project WHY, 7 pensionnaires sans structure familiale étudient au réputé collège CSKM de Delhi et parmi les plus connus d’entre eux, Utpal et Babli : ils y préparent cette année leur bac. Anou étant au Comité de Direction de ce collège et sa Directrice siégeant au Bureau de Project WHY, les 2 établissements pourtant si différents pratiquent de nombreux échanges. Et le dernier en date était la visite au Yamuna Center de 35 jeunes filles, emmenées par Babli, et au Women Center de 35 garçons dont le leader n’était autre qu’Utpal. Quelle fierté pour ces deux-là de montrer à leurs amis du collège leur univers d’origine et de leur faire partager de nouvelles rencontres ! Les jeunes du CSKM avaient également préparés de nombreux cadeaux pour ceux de Project WHY. 

Un cadeau de Noël original : Adopte un prof ! 

En recherche permanente de financement, Project WHY a déjà lancé et continue sa campagne tout à fait originale « Adopte un prof !», pour les Fêtes de Noël et la fin de l’année, période propice au lien et au partage des valeurs. Grâce à votre soutien, chaque enfant, quelle que soit son origine, peut bénéficier d’une bonne éducation avec l’aide d’un enseignant des plus dévoués. En adoptant le travail d’un professeur, vous lui permettez de venir en aide à 50 enfants défavorisés qui ont besoin d’un soutien scolaire pour pérenniser leur scolarité. Nous comptons sur votre soutien pour l’adoption d’un enseignant de Project WHY pour seulement 10.000 Roupies par mois (145 USD ou 130 €uros). Nous vous conseillons vivement d’adopter un enseignant avec un groupe d’amis, en famille ou à partir d’une société ou d’un établissement scolaire. Veuillez trouver le lien contant l’histoire de tous les enseignants de Project WHY : https://projectwhy.org/adopt-a-teacher/

Merci de contacter :

BABLI

Babli est arrivée chez Project WHY en 2004. Elle était si pétillante, qu’elle aurait pu se faire appeler à ce moment-là « Blindaas » : un surnom indien donné à une personne confiante et insouciante. Et pourtant, il lui était plus que douloureux de respirer. En effet, elle souffrait d’un problème cardiaque depuis sa naissance : une opération chirurgicale de première nécessité s’imposait alors. Sa famille n’avait pas les fonds nécessaires et avait tout simplement accepté que leur petite fille puisse mourir rapidement. Un constat hélas peu surprenant : dans un pays où la mortalité infantile est élevée, celle des filles l’est encore plus, parce que souvent considérées moins importantes que les jeunes garçons. Sous l’impulsion d’Anou, l’équipe de Project WHY s’est alors mobilisée pour obtenir un tarif compétitif ainsi que les fonds nécessaires pour son opération. Une opération à cœur ouvert difficile, épreuve que Babli a traversée avec le plus grand courage ! Mais à la fin de sa période de convalescence en famille, Babli n’est pas revenue. De condition extrêmement modeste, ses parents l’avait envoyée au bord de la route pour vendre cigarettes et snacks, tout en gardant sa petite sœur : une image bien connue malheureusement… Et c’est grâce à une médiation avec ses parents et la générosité de quelques supporters que Babli a pu revenir chez Project WHY puis intégrer le collège CSKM, un des meilleurs pensionnats de Delhi. Elle est aujourd’hui l’une des meilleures élèves de sa classe et surtout une personnalité attachante, dont son ami Utpal prend le plus grand soin. Nous lui souhaitons un brillant avenir !

Toute l’équipe d’Enfances Indiennes vous souhaite, ainsi qu’à vos proches, de très belles fêtes de fin d’année !

 

Les nouvelles – Septembre & octobre

Adopte un prof !

Le 05 Septembre, c’était le jour des profs chez Project WHY : une manière de les mettre en valeur et de souligner l’importance de leur travail au quotidien auprès des enfants, eux qui viennent de la même communauté. Et le 11 Septembre, c’était l’entrée officielle de Kiran en tant que professeur junior d’Anglais. Non admise à l’Université de Delhi pour insuffisance de notes malgré son baccalauréat, Kiran s’attelle quand même pendant ce temps à sa Licence d’Anglais par correspondance. Kiran ne lâche rien… 

Un Polar pour Project WHY…

Damyanti BISWAS est Indienne et vit à Singapour, ce qui ne l’empêche nullement d’aider les jeunes de Project WHY. Elle publie régulièrement de courtes histoires pour des magazines aux USA, en Angleterre et en Asie et le roman policier qu’elle vient d’achever est un succès : « Toi, sous ta peau ». Un livre à propos de l’ambition, du mensonge et de la famille. Le cadre : les quartiers défavorisés et les bidonvilles de Delhi. Le thème : les attaques à l’acide dont les femmes sont le plus souvent les victimes. Bref, un roman noir à la fois policier et social. Les recettes tirées de ce livre iront à Project WHY et à l’organisation Stop Acid Attacks. L’ouvrage est disponible (en anglais) sur Amazon et les droits pour l’écran ont déjà été achetés par un agent de Bollywood ! Un peu de rêve et d’espoir pour le financement de Project WHY… si tout va bien !

Octobre, un mois riche en festivités

Le 02 Octobre, les enfants de Project WHY fêtaient le 150ème anniversaire de Gandhi, le Père de la Nation Indienne. Le 08 Octobre c’était DUSSEHRA, festival hindou qui marque la victoire du dieu Rama sur le démon Ravana, autrement dit la victoire du Bien sur le Mal. Le jour de DUSSEHRA est particulièrement important pour les Hindous car il marque le début des festivités qui culminent vingt jours plus tard avec DIWALI, le Festival des lumières, la plus grande fête indienne, qui est célébrée cette année le dimanche 27 Octobre. Une fois encore la palme des préparatifs revient à notre fameuse « section extraordinaire » qui a été bien occupée. Si l’on peut faire une comparaison hasardeuse, DIWALI, c’est à la fois Noël et le jour de l’An pour tous nos amis indiens.

Diner-Rencontre Enfances Indiennes

Notre Diner-Rencontre du jeudi 10 Octobre au restaurant asiatique « Mian Fan » nous a permis d’accueillir de nouveaux venus : Angéline & Marion, bénévoles en Juin à Project WHY, et Béatrice qui s’intéressait tout simplement à notre association : encore une belle soirée d’échange, et un repas toujours solidaire envers les enfants de Project WHY puisqu’il permet de parrainer l’éducation d’un enfant pendant au moins un an.

14ème Tournoi de Golf Enfances Indiennes

Notre 14ème Tournoi de Golf Enfances a eu lieu le Mardi 15 Octobre dernier au Golf Isabella de Plaisir dans les Yvelines ! Une fois de plus, nous avons été bénis des dieux avec un ciel clément pour une superbe journée automnale de Golf. Félicitations aux 3 meilleures équipes ainsi qu’à tous les joueurs dont voici les résultats avec bien sûr quelques photos souvenirs en diaporama : https://www.enfancesindiennes.org/nous-rencontrer/tournoi-de-golf/. L’ensemble de notre association remercie pour leur soutien les 38 Golfeurs présents, revenants – habitués et nouveaux, ainsi que le Golf Isabella sans oublier l’équipe dédiée d’Enfances Indiennes.

Un couple franco-indien Prix Nobel d’Economie !

Esther Duflo & Abhijit Banerjee ont reçu avec Michael Kremer, autre chercheur Américain, le Prix Nobel d’Economie 2019. A 46 ans, installée depuis 20 ans aux Etats-Unis, elle enseigne au MIT, l’un des plus prestigieuses écoles américaines : elle a également fait partie de l’équipe d’économistes du Président Barack Obama lorsqu’il était à la Maison Blanche, excusez du peu. Esther Duflo est une économiste « humaniste », spécialisée dans la lutte contre la pauvreté mettant au point des micro-solutions et pas seulement des théories pour soigner la misère sociale. Probablement inspirée par une bande dessinée sur Mère Teresa qu’elle avait lue enfant, Esther Duflo a déjà réalisé des campagnes en Inde. « Lorsque qu’on leur accorde une place, les pauvres figurent généralement comme les acteurs d’anecdotes tragiques ou édifiantes, des êtres dignes d’admiration ou de pitié, mais jamais comme une source de connaissances, comme des personnes qu’il importerait de consulter pour savoir ce qu’elles pensent, ce qu’elles veulent, ce qu’elles font » a-t-elle écrit (d’après Le Point N°2460). C’est tout le sens du travail qui est effectué chez Project WHY que nous soutenons…

Les nouvelles d’août

La mousson (bis) !

Arrivée en Juillet, la mousson continue son travail en Août. Et le Yamuna Center n’y a pas échappé. Et pour cause, il est installé au bord de champs très fertiles, noyés annuellement par le débordement de la rivière Yamuna lors des pluies torrentielles de la mousson. Les ouvriers agricoles doivent alors déménager les huttes qui leur servent d’habitation, à quelques encablures des immeubles mirifiques de Noïda, une de nouvelles cités adjacentes de Delhi. Mais la situation climatique rentre peu à peu dans l’ordre et les enfants de ces agriculteurs invisibles peuvent reprendre les seuls cours auxquels ils ont droit, ceux de Project WHY.

L’Indépendance de l’Inde

Après des années de révoltes et de luttes intestines, l’Empire Britannique des Indes cédait sa place pour donner naissance à deux nouveaux pays, l’Inde et le Pakistan, les 14 et 15 Août 1947. Un gigantesque mouvement de population, jamais observé auparavant, accompagné de massacres d’une importance sans égale était malheureusement le prix à payer pour un évènement qui n’était pas seulement une indépendance mais aussi une partition. L’Inde fêtait ce 15 Août son 72ème anniversaire : l’occasion pour tous les jeunes de Project WHY d’apprendre une page d’histoire et de célébrer la naissance de leur pays libre avec fierté.

Rakhi

L’Inde est célèbre pour ses nombreux festivals, spectaculaires ou intimistes, toujours fêtés avec beaucoup de ferveur. Celui de Raksha Bandhan, plus communément appelé Rakhi, tombait cette année le jour de l’Indépendance de l’Inde, le 15 Août, jour de pleine lune. Il célèbre le lien indéfectible entre frère(s) et sœur(s) d’une même famille ou d’un même groupe. Ce jour-là, chaque soeur attache un Rakhi (ou lien sacré) au bras de son frère pour lui assurer une protection éternelle. Cette tradition hindoue était célébrée dans les centres de Project WHY, comme tous les autres festivals, quelle qu’en soit la nature ou la provenance religieuse.

Utpal

Uptal est aujourd’hui un jeune garçon de 17 ans, plein de vie, qui vient de commencer l’année scolaire qui le mènera au Bac ! Pensionnaire, parmi nos 6 pensionnaires sans structure familiale inscrits au Collège CSKM de Delhi, il adore faire du skate et danser : c’est aussi un vrai passionné de musique et un artiste-peintre en herbe…

Et pourtant, Uptal a dû faire face à de nombreux combats durant son enfance. Ses parents vivaient tout près du premier bureau de Project WHY, dans le petit bidonville de Giri Nagar, à côté d’une porcherie. Petit, il est atteint d’une double pneumonie ainsi que d’une hépatite A puis brûlé au troisième degré. Ce dernier accident est arrivé alors qu’il n’avait pas un an et qu’il échappait aux bras de ses parents pour tomber dans une marmite d’huile bouillante. L’hôpital ne lui donnait alors que peu de chance de survie et renvoyait le petit Uptal sans espoir vers sa famille. Cependant, c’était sans compter sur l’intervention énergique d’Anou, de Rani sa voisine alors jeune membre de Project WHY et de Sophie, une infirmière bénévole : une assistance se met immédiatement en place jour et nuit pour tenter de sauver le petit. Plus de 6 semaines d’angoisse, et de soins intensifs donnés avec beaucoup d’amour, seront nécessaires pour stabiliser son état de santé et faire cesser ses hurlements de douleur et ses pleurs. Project WHY débutait et tenait plus à cette époque de la Cour des Miracles, et Giri Nagar, son premier centre, des « Misérables », tant les progrès sont sensibles aujourd’hui, même à l’œil nu.

Après cette belle victoire, une triste réalité remontait cependant à la surface : ses parents étaient alcooliques, violents et possessifs. Uptal mena alors ce que l’on pourrait appeler « une double vie ».

La journée, il venait au centre de Project WHY dont il était devenu la véritable vedette en héros rescapé : il évoluait dans un environnement sain, mais le soir, c’était une tout autre histoire lorsqu’il retournait chez lui…

Malgré l’aide apportée à sa famille par Project WHY, sa situation personnelle se détériore au fil des mois et de ses premières années : le père s’évapore puis un jour, sa mère disparait.  Laisser grandir Uptal ainsi n’était plus envisageable. Anou, qui entourait l’enfant de toute son affection, fût alors nommée sa représentante légale et prenait en main son éducation, pour ne pas dire son destin.

Uptal nous a prouvé que malgré les épreuves de la vie, abandonner n’était pas une option : c’est désormais un adolescent, parfois turbulent mais en tous cas épanoui, doté d’une grande reconnaissance. Il n’hésite pas à investir les centres de Project WHY pendant ses vacances pour donner des cours de danse aux plus jeunes et assumer son rôle de « coqueluche » !

Le plus dur pour lui fût d’accepter que ceux qu’il aimait le plus à l’origine, n’étaient pas bons pour lui et qu’une nouvelle famille l’avait accueilli.

Nous avons connu son enfance, puis son adolescence : la page de son avenir va bientôt s’ouvrir. Enfances Indiennes est fière d’être restée proche de lui depuis le début avec Project WHY … Elle le restera !

Les nouvelles de Juillet

C’est la mousson !

Si Juillet est traditionnellement le mois de la rentrée des classes pour tous les élèves dans le Nord de l’Inde, c’est aussi le mois où la mousson arrive. Espérée d’une manière générale et surtout après les très fortes chaleurs endurées durant les mois de Mai et Juin, elle est aussi parfois redoutée, tant elle peut être violente dans certaines régions. Chez Project WHY, les enfants l’accueillent avec un sourire salvateur même si elle cause quelques dégâts dans les toitures des centres et dans leurs habitations déjà modestes !

Retour en arrière…

Mai fut décidément un mois bien chargé pour Project WHY. En effet, les centres éducatifs d’Okhla et de Khader recevaient le 8 Mai, la visite de 50 étudiants de l’Ecole de Commerce ESSEC de Cergy-Pontoise : ils étaient en voyage d’étude avec leur Professeur d’Economie pour comprendre les différents challenges de l’urbanisation de New-Delhi, la capitale indienne aux 22 millions d’habitants. Et l’éducation en milieu bidonville en est un ! C’était l’occasion pour Anou, Fondatrice du Projet, d’échanger avec ces jeunes étudiants français et de retracer près de 20 ans d’épopée urbaine dans les bidonvilles du Sud de Delhi. Rappelons également que chaque année, Project WHY accueille en Juillet/Août des étudiants volontaires de SARI, l’association « Inde » de l’ESSEC.

Anou

Vous connaissez son nom. Vous la voyez régulièrement dans nos nouvelles. Vous l’avez peut-être même croisée à Delhi en train de courir entre deux centres. Oui, nous parlons bien d’Anou, la fondatrice de Project WHY. Mais connaissez-vous son histoire ?

Anou est une indienne dont la famille s’était établie à l’Ile Maurice. Son père devenant l’un des premiers diplomates de l’Inde indépendante en 1947, Anou a grandi de part et d’autre du monde, de « valise en valise ». Bénéficiant d’une éducation dans les meilleures écoles, le Français est quasiment sa première langue. Plus tard, elle enseignera à l’Alliance Française de Delhi et deviendra également l’interprète dans notre langue de Rajiv Gandhi, Premier Ministre Indien. Au décès de ses parents, premier choc, Anou se rend au village natal de sa famille, dans le Bihar, un des états les plus pauvres du pays. Deuxième choc : une rencontre bouleverse sa vie, celle de Manu dont nous vous parlions dans nos nouvelles précédentes. Manu est alors un jeune mendiant, souffrant d’un handicap mental et physique important, rejeté de tous et livré à lui-même dans les rues de Delhi.

Privilégiée socialement, Anou décide alors de rendre à l’Inde ce que l’Inde lui avait donnée :
c’est ainsi qu’elle décide de créer Project WHY pour donner un abri digne de ce nom à Manu et de l’éducation aux enfants des bidonvilles environnants.

Anou rencontre différentes communautés défavorisées, souvent « hors-castes ou intouchables », des migrants économiques du Bihar aux Gitans/Lohars ferronniers établis par erreur à même le trottoir. Elle leur explique son projet, ils lui soumettent leurs souhaits de donner un minimum d’éducation à leurs enfants. Son crédo ? agir sur place, dans les bidonvilles et avec l’appui des communautés. C’est un premier centre qui s’ouvre à Giri Nagar en 2000, puis à Okhla. Mais tout cela coûte toujours un peu plus d’argent, au fur et à mesure que le nombre d’élèves et d’éducateurs augmente… et que le projet rencontre du succès. Après avoir investi sur ses biens personnels, Anou devait compter aussi sur la famille, les amis, mais rien n’est plus difficile que de demander des financements : des partenariats se nouent alors au fil des rencontres et c’est ainsi qu’Enfances Indiennes se crée fin 2002 pour devenir opérationnelle dès Janvier 2003 et soutenir Project WHY. Petit à petit, un écosystème se crée autour d’elle et de ce projet qui grandit, accueillant de plus en plus de monde…

Et pourtant, Anou se confronte à un problème qu’elle n’aurait pu imaginer. Car donner des outils à des gens pour s’éduquer, s’élever, devenir autonome, ne plaît pas à tout le monde, dans un pays où le système social régi par les castes semble perdurer. Vouloir améliorer la société et l’égalité des chances, s’accompagne aussi de changements nécessaires que beaucoup rejette. En 2005, cette opposition est si forte qu’un des centres de Project WHY est détruit : un bulldozer arrive et rase tout…

Qu’auriez-vous fait ? Qu’auriez-vous fait face à la destruction de 5 années de votre travail ? Face à la suppression des chances d’enfants déshérités d’avoir un accès à l’éducation ?

Anou est dotée d’un caractère bien trempé et d’une grande force de conviction. Elle s’est relevée et en est sortie plus forte. Project WHY a maintenant plus de 19 ans d’existence, et gère 6 centres à Delhi et 1 à Dehradun : il accompagne chaque année plus de 1.000 enfants, une centaine de femmes en formation professionnelle, et des dizaines de jeunes ou adultes handicapés dont s’occupe plus spécialement sa fille Shamika. Il génère aussi près de 50 emplois à temps plein pour différentes communautés.

Au départ, Anou n’était pas destinée à cela mais tel était son destin ! Sortir de sa zone de confort, braver les épreuves pour se lancer dans la plus grande et la plus belle aventure de sa vie : changer et améliorer celle de milliers de personnes… Chapeau Anou !

Enfances Indiennes est fière de faire partie de cette aventure de solidarité humaine depuis 17 ans maintenant !

Les nouvelles de Juin

Mai & Juin

C’est la traditionnelle période des congés d’été pour les enfants à Delhi pendant les mois de fortes chaleurs. Kiran a toujours été soutenue par Project WHY depuis sa petite enfance, et vient d’obtenir son Bac, ce qui représente une sacrée performance pour elle comme pour sa famille : elle en profite pour passer ses journées à Project WHY et communiquer à d’autres enfants son savoir et sa bonne humeur ! Comme à l’accoutumée, tous les centres de Project WHY étaient ouverts pendant les périodes de vacances pour offrir aux jeunes les plus démunis des activités ludiques variées.

Témoignage

Mai était aussi l’occasion pour Lydie, membre de notre association, de rendre visite à Project WHY. Son témoignage : « Emotion  de visiter 3 centres d’Enfances Indiennes à Delhi . Félicitations et profond respect à Anou, son équipe et les éducateurs. La rencontre avec les enfants est un moment très fort et inoubliable où les mots n’ont plus de valeur car les actions prédominent. L’engagement des éducateurs est total et en toute humilité et respect. Les visages et surtout les sourires des enfants sont gravés à jamais dans ma mémoire. Merci, cela redonne confiance en la nature humaine. Bravo et plus que jamais soyons solidaires pour accompagner les plus défavorisés. »

Juillet

Alors qu’en France, nous nous apprêtons aux congés d’été, c’est la rentrée des classes pour toutes les écoles. Anou, Malini, Shamika et Rani se sont penchées sur l’avenir de Kiran pour qu’elle puisse accéder à des études supérieures et à un emploi.

Nos derniers volontaires

Angéline et Marion viennent de terminer avec bonheur 2 semaines de volontariat chez Project WHY, du 15 au 30 juin, ce qui constituait leur premier contact avec l’Inde.

Le 20 juin

Non ce n’était pas un gag ! Et pourtant, le traditionnel dîner d’été d’Enfances Indiennes réunissait 16 d’entre nous au Restaurant GAG : un bon moment pour tisser de nouveaux liens, discuter et échanger dans la plus grande convivialité.

Le 25 juin

L’AFST, l’Association Française des Séniors du Tourisme, s’était réunie pour son pot de l’été suivi d’un dîner, un moment « institutionnel » : l’occasion pour ses membres de mettre en valeur Enfances Indiennes et de continuer à nous aider avec Project WHY. Merci à tous !

Réseaux sociaux

Déjà présent depuis un petit moment sur Facebook grâce à notre Vice-Secrétaire Angélique, Enfances Indiennes vient d’inaugurer sa présence sur Instagram grâce à Olivia, nouvelle venue dans l’association. Vous pouvez donc nous suivre désormais sur Facebook comme sur Instagram !

www.facebook.com/enfancesindiennes & www.instagram.com/enfancesindiennes

2 nouveaux partenaires professionnels

« Couleurs & Cachemire », ainsi que « Jholi » sont 2 petites entreprises françaises dont les responsables, respectivement Lydie et Olivia, connaissent bien Enfances Indiennes et Project WHY. Elles nous aident à leur manière, tout comme Jim de la Martinière avec HoliChaï.

Découvrez-les sur la page Entreprises de notre site !

Tournoi de Golf

Isabella, le retour ! Notre 14ème Tournoi de Golf aura lieu le Mardi 15 Octobre sur le parcours d’Isabella à Plaisir dans les Yvelines ! L’affiche est déjà disponible sur :

https://www.enfancesindiennes.org/nous-rencontrer/tournoi-de-golf/

Nouveauté !

Chaque mois, nous vous proposerons dans nos Nouvelles ou sur Facebook le portrait d’une femme ou d’un homme qui a une place spéciale chez Enfances indiennes et Project WHY. Que ce soit un jeune en cours de formation, un ancien étudiant, un professeur ou encore un bénévole, nous souhaitons partager avec vous leurs histoires qui nous inspirent et qui nous donnent l’envie de redoubler d’efforts pour eux au quotidien. Bonne lecture à tous et n’hésitez pas à partager autour de vous. Et merci à Olivia pour sa complicité.

MANU : chaque vie a un sens !

Nous ne pouvions pas démarrer cette série de portraits sans parler de Manu qui restera à jamais gravé dans la mémoire et le cœur de tous les amis de Project WHY.

Manu était un jeune mendiant errant quasiment nu dans la rue. Sa mère venait de décéder et il se retrouvait livré à lui-même. Lourdement handicapé au niveau mental, il avait besoin d’un accompagnement adapté.

Le ventre creux, en mauvaise santé et maltraité par les gens qui l’entouraient à cause de sa différence, c’est ainsi qu’Anou le découvrait en Mai 2000 et décidait de créer Project WHY.

Logé, nourri et accompagné au quotidien, Manu semblait avoir enfin trouvé sa maison et s’épanouissait dans ce qui est devenu la « Section Extraordinaire » : elle accueille au Centre de Govindpuri différents jeunes en situation de challenge mental et souvent physique aussi. Atteint d’une pneumonie qui ne guérissait pas, Manu nous a quitté en 2011, après avoir savouré une dernière fois son biscuit préféré.

Il nous a donné en tous cas une belle leçon de vie : toujours se battre et y croire car chaque vie est importante, chaque vie a un sens. Sans celle de Manu, Project WHY n’existerait peut-être pas. Sans Manu, nombre d’enfants n’auraient peut-être pas reçu de soins et d’éducation depuis 19 ans maintenant.

 

DE JANVIER A MAI 2019

Janvier

Notre Assemblée Générale Annuelle se déroulait le Dimanche 20 Janvier au Café/Restaurant Le Cirque, près du Centre Georges Pompidou, avec la participation de 25 personnes. L’occasion de faire le point sur les activités 2018 et de faire repartir la machine pour 2019 !

Février

Sophie Aumonier, notre Déléguée Régionale à Toulouse, retrouvait l’Inde à l’occasion d’un déplacement professionnel, après 10 années d’absence : un retour émouvant auprès des intervenants de Project WHY avec qui Sophie avait collaboré pendant une année entière…: « J’ai eu l’immense joie de passer quelques heures à Project WHY ! J’ai revu Shipra, Seema, Rani, Anou, Shamika et aussi ma petite Shalu qui a bien grandie ! Elle est désormais à l’Université. D’immenses moments de bonheur ! ». Nous devons plein de choses à Sophie et notamment la superbe photo de couverture de notre brochure

Mars

En Inde, le printemps s’est annoncé le 23 Mars avec « Holi », la fameuse Fête des Couleurs : un moment d’exubérance qui n’échappe jamais aux enfants de Project WHY !

L’occasion aussi pour Dominique, spécialiste photo du côté de Montpellier, de passer ses vacances en Inde auprès des enfants de Project WHY : son projet était de leur dispenser des cours de photographie pendant 3 semaines et son rêve s’est réalisé !

Le Jeudi 14 Mars, un Dîner-Rencontre des plus conviviaux au Restaurant Afro-Indien « La Cantine des Mama’s » nous permettait de nombreuses retrouvailles et le témoignage éloquent de Jules, autre volontaire, qui était de retour de Delhi après un séjour de 3 semaines également, en Janvier et Février.

Avril/Mai

Il fait déjà 42° à Delhi mais cela n’arrête ni les activités des enfants ni nos visites à Project WHY. Mention particulière à notre section spéciale de Govind Puri chapeautée par Shamika! Serge, notre membre et ami Canadien, Steve des USA, et Léa, sont avec nous.

Léa, ancienne volontaire et éducatrice spécialisée à Toulouse, n’a pas pu s’empêcher de venir passer quelques jours de vacances auprès de sa famille de Project WHY qui lui manquait !

Entre les cours du matin et ceux de l’après-midi, échanges avec l’équipe éducative du centre d’Okhla encadrée par Pushpa : l’humeur et le moral sont bons malgré la chaleur !

Ce déplacement à Delhi fut l’occasion également de faire une petite visite surprise à Utpal et Babli, en déplacement à Mussoorie, à 300 kms de Delhi, avec leur collège du CSKM : quel impact sur leurs vies depuis leur accompagnement par Project WHY, il y a un peu plus de 15 ans maintenant !

Et de se rendre également à Dehradun, ville toute toute proche, reconnue pour la qualité de ses écoles : c’est là que nos amis de l’Association Inde & Vous peaufinent leur projet éducatif pour les enfants des bidonvilles avec l’aide de Project WHY et sous la houlette d’Anureeta, responsable du centre.

De retour à Delhi, Sanjay vient nous rendre visite : il est loin le temps des mirages de Bombay et de la mode ! Sanjay est revenu sur terre, a trouvé un « vrai » travail et est devenu le photographe officiel de Project WHY : toujours avec le sourire !

Quelques échos du Centre des Femmes, dirigé par l’imperturbable Dharmender, toujours aussi actif : il est aidé par toute son équipe représentée ici par Rajesh.

Et que dire de l’accueil toujours aussi exceptionnel des enfants du Yamuna Center : pas facile d’en partir … n’est-ce-pas Léa ?

Kiran vient de terminer sa classe de Terminale et d’empocher son Bac : elle profite de ses vacances pour donner à son tour des cours de soutien aux plus jeunes !

Le Carnet de l’Association

Malheureusement, nous déplorons quelques disparitions parmi nos membres :

-Stan BORIS en Février : premier Directeur Commercial d’AIR INDIA en France depuis les années 60, Stan nous a toujours soutenu et mettait un point d’honneur à être le premier, chaque année, à envoyer son chèque d’adhésion à l’association. Merci Stan !

-Danièle BESNARD en Mai : participante régulière des derniers voyages d’Enfances Indiennes, Danièle nous avait touchée par sa gentillesse et plus récemment, malheureusement, par ses « absences » dues à sa maladie.

Mais heureusement il y a aussi des joies, comme avec la naissance de Roxane, deuxième enfant d’Angélique, notre chère Vice-Secrétaire : Bienvenue à toi, Roxane !

 Adhésions :

Assurez-vous de bien envoyer votre adhésion 2019. Celle-ci nous est indispensable pour continuer notre action auprès des enfants de Project WHY !

 Prochain Rendez-Vous :

Diner-Rencontre Enfances Indiennes le 20 juin dont vous recevrez bientôt l’invitation à y participer.

Décembre 2018

Noël, c’est un peu comme Diwali !

Malgré un contexte social agité en cette fin d’année, la Fête de Noël s’est approchée de nous avec toutes ses illuminations : si la comparaison s’arrête là,  c’est un moment de fête comme DIWALI, la plus grande célébration indienne, qui apportait début Novembre toutes ses lumières et ses cadeaux, petits ou grands, même pour les plus démunis. Project WHY n’échappait pas à la règle et les préparatifs allaient bon train fin Octobre à Delhi dans les différents centres éducatifs.

Notre dernière visite chez Project WHY

La troisième semaine d’Octobre était l’occasion de passer du temps à Delhi en compagnie de tous les acteurs de Project WHY. Des visites de terrain mais aussi des réunions, la première d’entre elles étant consacrée à nos amis de l’Association Inde & Vous, Michel et Geneviève, en compagnie de la responsable locale Anureetha, pour le projet éducatif de Dheradun, chapeauté pour la deuxième année par Project WHY.

La seconde était consacrée à différentes discussions autour du budget de fonctionnement de Project WHY avec Anou, Rani, Shamika et Malini, responsable administrative du projet. La troisième à nos 8 pensionnaires du Collège CSKM de Delhi, un des meilleurs établissements de Delhi : une décision originale a d’ailleurs été prise puisque Anou siège au Bureau du CSKM et la directrice du CSKM, siège au Bureau de Project WHY, ce qui permet de meilleurs échanges éducatifs, même si les 2 structures sont loin d’être identiques !

Et comment ne pas vous parler de la visite des différents centres de Project WHY du 23 Octobre avec nos amis et membres Christine & Alain LERBOURG en voyage en Inde à ce moment-là ? Un véritable moment de bonheur partagé avec eux et les enfants de Project WHY ainsi qu’avec Neha Banbah et Gurmeet, visiteurs « locaux » qui nous accompagnaient à cette occasion en plus d’Anou, Rani, Shamika et Pushpa.

Des associations partenaires à l’honneur !

IWFA, l’Association des Femmes Indiennes en France & l’AFST, Association Française des Seniors du Tourisme nous ont renouvelé leur confiance cette année encore avec un sérieux coup de pouce et nous les en remercions vivement. L’AFST vient par ailleurs de lancer son Opération de Soutien à Enfances Indiennes pour l’année 2019 auprès de tous ses membres (plus de 800), sous la houlette de notre ami Pierre HEUMANN, responsable de la plateforme « Personnes et Enfants défavorisés » dans cette association.

Nouveau Partenaire Entreprise Holi Chaï !

En Inde, Project WHY bénéficie du soutien des restaurants MAMAGOTO qui livre tous les jours gratuitement 80 repas aux enfants du Yamuna Center.  En France, Enfances Indiennes vient de nouer un partenariat avec HOLICHAÏ et son jeune fondateur Jim de La Martinière https://holichai.com/notre-histoire/

 

XIIIème Tournoi de Golf Enfances Indiennes – Mardi 02 Octobre

Celui-ci a eu lieu au magnifique Golf Club d’Ozoir-La-Ferrière situé dans l’Est parisien en présence de 36 participants tous motivés : une participation en hausse et toutes nos félicitations à Patricia & Jean-Luc DUQUESNE qui ont remporté le Trophée. Et bien sûr nos plus vifs remerciements à l’ensemble des joueurs, au Golf Club d’Ozoir-La-Ferrière  qui nous a si bien reçu et à Christine RIVET de l’AFST qui nous avait introduit dans ce lieu, sans oublier la société SERITECH pour ses bannières et l’équipe Golf d’Enfances Indiennes !

Nos dîners-rencontres d’octobre & décembre

Ceux-ci ont rencontré un franc succès les Jeudi 04 Octobre et 06 Décembre avec respectivement la participation de 13 & 18 de nos membres toujours dans une excellente ambiance. Ils nous ont permis d’annoncer l’Opération de Soutien de l’AFST avec Pierre Heumann mais aussi de fêter les 80 ans de Michèle Mastalier, le mariage de Véronique Da Silva Santos et bien sûr de parrainer l’éducation de plusieurs enfants. Un très grand Merci à tous les participants !

Imagine a 50 ans !

La fameuse chanson de John Lennon « Imagine » a fêté ses 50 ans tout récemment : découvrez ou redécouvrez la version Project WHY de 2012 en vidéo : https://vimeo.com/52399337 …Un vrai cadeau de Noël !

Adhésions 2018

Merci à tous ceux qui ont renouvelé au cours de l’année leur soutien à Enfances Indiennes  et quant aux autres, il n’est jamais trop tard : vous avez encore jusqu’au 31 Décembre de cette année ! https://www.enfancesindiennes.org/nous-aider/don-en-ligne/

Notre prochain évènement :

Il s’agit de notre Assemblée Générale Annuelle qui aura lieu le Dimanche 20 Janvier 2019 dans le quartier Beaubourg à Paris, près du Centre Pompidou : les invitations à participer vous seront envoyées début janvier.

 

En attendant, toute l’équipe d’Enfances Indiennes et les Enfants de Project WHY vous souhaitent de Bonnes Fêtes de fin d’Année !

Août 2018

A chacun son voyage !

Si le 6ème Voyage de l’Association en Inde se terminait le 1er Avril, celui de toute l’équipe des éducateurs de Project WHY se tenait plus modestement sur une journée, celle du Samedi 28 Avril, pour aller visiter Agra et son fameux Taj Mahal : il réunissait 45 personnes qui n’avaient jamais vu pour la plupart ce monument emblématique de l’Inde. Une journée pleine de chaleur et d’émotions « sponsorisée » avec le plus grand plaisir par … Enfances Indiennes !

Un joli mois de Mai !

Le mois de Mai fut bien occupé pour l’Association :

Journée spéciale le 12 à Châteauneuf du Pape près d’Avignon, où le Château La Gardine remettait, lors de son Assemblée Générale, un chèque de 2.500 €uros à notre association en présence de plusieurs de nos membres… Un très belle journée dans des vignes prestigieuses à l’initiative de la famille Brunel et avec l’aide de notre ami Elias. Il faut dire aussi que Maguelone Brunel était venue faire un stage bénévole en Février chez Project WHY à Delhi : elle nous en parla avec beaucoup d’émotions…

 

Nouvelle présentation de Project WHY le 22 au Lyons Club d’Asnières-Bois-Colombes sous la houlette de Mr Jean-Louis Barreau ainsi qu’aux élèves du Lycée Charles Peguy à Paris.

Nos remerciements à tous, cela va sans dire !

Même la vigne est solidaire …

Pour fêter l’arrivée de l’été, notre deuxième Diner-Rencontre de l’année nous réunissait à la Cave de l’Ame & l’Esprit du Vin en pleine rue piétonne, rue Cadet dans le 8ème arrondissement de Paris. Un diner très détendu à la découverte du vin et dans l’esprit de notre journée du 12 Mai. Une fois de plus, nous pouvions réunir de quoi assurer l’éducation d’un enfant pendant un an, et même plus, chez Project WHY : comme quoi, même la vigne est solidaire !

13ème Tournoi de Golf Enfances Indiennes – Mardi 02 Octobre !

Notre Tournoi 2018 aura donc lieu le Mardi 02 Octobre au Golf Club d’Ozoir-la-Ferrière, situé à 01h00 de Paris en Seine-et-Marne (77330) dans le cadre magnifique du Château des Agneaux www.golfozoir.fr . Retrouvez l’invitation à participer et le Bulletin d’Inscription sur : https://www.enfancesindiennes.org/nous-rencontrer/tournoi-de-golf/

Voyage Golfique & Solidaire en Inde du 21 au 29 Octobre …

Ce voyage est prévu du Dimanche 21 Octobre au Lundi 29 Octobre. Il est ouvert aux Golfeurs avec 3 parcours différents et un Trophée, mais aussi aux non-golfeurs avec un programme plus spécifiquement centré sur une nouvelle découverte thématique de New-Delhi et de Project WHY. Renseignements par mail sur enfancesindiennes@hotmail.com ou par téléphone au 06 12 96 18 10 – Date limite d’inscription : 21 Septembre !

Enfances Indiennes

Enfances Indiennes est une association franco-indienne pour l’aide aux enfants défavorisés

CONTACTEZ-NOUS

Association Enfances Indiennes
62 rue Emile Augier
92500 – Rueil-Malmaison (France)

Par téléphone

Secrétaire : 06 49 41 95 74
Annie PETIT

Trésorier : 06 41 73 28 32
Michel MAGRI

Président : 06 12 96 18 10
Xavier RAY