10/10 au rendez-vous à l’aéroport : tous les inscrits sont présents, pas d’annulation. Nous sommes tous de bonne humeur et impatients de partir. Une certaine tension est cependant palpable à l’enregistrement où certains agents et clients portent des masques. A bord d’AIR INDIA, le personnel en est entièrement équipé et nous faisons connaissance avec quelques étudiants Indiens résidant en France qui rentrent au pays. Le vol est plein.

Mercredi 04 Mars : Delhi

A notre arrivée, nous devons remplir un questionnaire médical pour savoir si éventuellement nous pourrions être infectés par le Coronavirus. L’information sur ce virus est présente partout à l’aéroport de New-Delhi alors qu’elle était quasiment absente à Paris. Formalités de Visa accomplies sans encombre, nous sommes accueillis par notre agence habituelle, Orient Express, et nous installons à l’hôtel Indus que nous connaissons bien. L’après-midi, accueil inquiet mais chaleureux à Giri Nagar chez Project WHY en présence d’Anou et de ses fidèles collaboratrices : déjeuner, discussions, visite des petits de la crèche et contact avec quelques jeunes de la Section Handicapés dont la terrasse a été détruite la semaine précédente par un incendie accidentel. Nous livrons aussi tant bien que mal nos 10 valises avec plus de 200 kg de matériel, vêtements et jouets et en profitons également pour fêter joyeusement et en avance HOLI :  la Fête des Couleurs annonçant le printemps aura lieu le 10 Mars, mais pour la première fois, sans les grands rassemblements habituels au Nord de l’Inde.

Jeudi 05 & Vendredi 06 Mars : Pondichéry

Après un vol de 3 heures pour Chennaï (l’ancienne Madras) et autant de route, nous arrivons enfin à Pondichéry. Nous découvrons ou redécouvrons avec plaisir Pondichéry, l’ancien Comptoir Français de la Cie française des Indes Orientales, créée par Colbert en 1664 et dont Dupleix fut le Gouverneur.

Samedi 07 Mars : Pondichéry – Auroville – Chennaï/Mysore

Nous visitons Auroville, cité idéale et utopique créée en 1968, puis remontons la Côte de Coromandel jusqu’au village de MUTTUKADU : c’est ici, il y a 15 ans précisément, qu’en compagnie de notre ami DV Sri Daran, Project WHY, la Fondation LEILA FODIL et Enfances Indiennes reconstruisaient des bateaux de pêche pour les familles des villageois meurtris. Le Tsunami avait frappé fort, trop fort, fin Décembre 2014 : une rencontre pleine d’émotion et de souvenirs pour un malheur qui avait été fondateur pour notre association. Après avoir rejoint l’aéroport de Chennaï, nous nous envolons pour Mysore, l’ancienne capitale princière du Royaume du même nom : notre première étape dans l’Etat du Karnataka.

Dimanche 08 Mars : Somnathpur – Sri Rangapathnam – Mysore

Nous fêtons la Journée Internationale de la Femme devant l’entrée du temple de Somnathpur, visitons l’île de Srirangapatnam puis le Palais de Mysore, où nous faisons connaissance avec les frasques du Maharadja. Nous revenons sur nos pas le soir pour découvrir des illuminations extraordinaires.

Lundi 09 et Mardi 10 Mars : Mysore – Sravana Belgola – Bylakuppé – Madikeri – Hassan

Nous quittons Mysore pour les montagnes de Coorg en passant par le sanctuaire Jaïn de Sravana Belgola et le campement tibétain de Bylakuppé : les Tibétains, dont la gentillesse est légendaire, commencent à nous regarder de manière un peu circonspecte … Nous arrivons enfin à Madikeri où nous observons que les éboueurs portent des masques… Découverte de superbes paysages et plantations : nous faisons le plein d’épices avant de continuer pour Hassan. 

Mercredi 11 Mars : Hassan- Belur – Halebid – Hampi

Au fameux temple Hoysala de Belur, nous découvrons le premier poste d’observation du Coronavirus dans un site touristique. Nous continuons sur Halebid, autre merveille d’architecture Hoysala, puis vers Hampi pour une belle après-midi de route. Nous sommes également accueillis avec une certaine crainte à notre hôtel d’Hampi : que faire avec des étrangers potentiellement porteurs du virus ?

Jeudi 12 Mars : Hampi

Impossible de bouger de l’hôtel. Nous apprenons que nous y sommes confinés… et que nous ne verrons probablement pas le site d’Hampi, ancienne capitale du Royaume de Vijayanagar : c’était le clou de la partie touristique de notre voyage! Mais l’ambiance est bonne, le groupe est formidable, l’hôtel est des plus sympathique et le personnel, surtout en restauration, fait son maximum pour nous, avec certainement…la peur au ventre. Les mesures pour lutter contre le virus sont strictes au Karnataka et un ordre de confinement général de 14 jours vient d’être décrété par le Gouvernement central pour toutes les personnes arrivées en Inde après le 15 Février !

Vendredi 13 Mars : Hampi

Confinés à l’hôtel, toujours pas de visites. Le lieu est plus que sympathique et le personnel au petit soin : cours de cuisine, visite du jardin bio, spectacle de danses ! Pendant ce temps-là, notre agence tente de négocier notre sortie avec les autorités du Karnataka : le Consulat de France à Bangalore, que nous avions contacté, tente aussi de nous aider dans cette démarche tout en nous faisant comprendre qu’il ne peut interférer dans les décisions indiennes. Rien n’est donc sûr et le week-end arrive… Ravi, notre guide, se fait un sang d’encre : pour lui aussi, c’est une première !

Samedi 14 Mars : Hampi – Bangalore

Ça ne bouge toujours pas, puis en fin de matinée, nous obtenons les autorisations pour quitter le Karnataka : bouclage des valises, dernier déjeuner et quelques photos souvenirs avec le personnel de l’hôtel. Il ne nous manque plus qu’une visite à l’équipe médicale officielle dans un dispensaire, étape indispensable : questionnaire individuel, prise de température, recommandations et obligation du port du masque jusqu’à Bangalore que nous atteindrons le soir après 6 heures de route. Stratégie : ne pas s’enregistrer dans un hôtel sous peine de nouveau confinement ! Diner tardif et courte nuit dans le lobby d’un hôtel au personnel très compréhensif.

Dimanche 15 Mars : Bangalore/Delhi

Le petit déjeuner nous est même offert avant que nous ne partions pour l’aéroport tout proche et déjà bien actif à cette heure matinale. L’aéroport est plein et la quasi-totalité des passagers sont masqués : nous aussi car depuis notre visite à Pondichéry, nous essayons d’en acheter au fur et à mesure de nos visites. Nous prendrons un des tous premiers vols pour Delhi non sans avoir quitté à regret notre guide Ravi qui a fait avec nous bien plus que son travail normal : d’une rare prévenance, il nous a épaulé à chaque instant et même fait bénéficier depuis 10 jours d’une Wifi collective dans le bus, luxe suprême dans cette période de doute et d’incertitude: ceci nous permettra d’être en contact permanent avec tous nos proches. Arrivés à Delhi, nous faisons le point chez Anou en compagnie de sa famille dont Utpal fait désormais partie : situation comparative du Coronavirus en Inde et en France, état des Centres de Project WHY…

Lundi 16 Mars : Delhi

Après avoir « oublié » la ville d’Hyderabad que nous ne pourrons voir, nous reprenons notre programme normalement prévu à Delhi : thé de bienvenue le matin dans la famille de Rani, visite du centre d’Okhla avec l’ensemble des éducateurs puis du Women Center situé à Madenpur Khader. Peu d’enfants sont là du fait de la fermeture des écoles, mais les éducateurs, motivés et anxieux de la suite, sont au rendez-vous pour nous accueillir de la manière la plus chaleureuse possible. En milieu d’après-midi, nous partons à la découverte du Vieux Delhi avec notre ami Ashok, notre deuxième guide… Le soir 2 nouvelles lors du diner : la mauvaise est que nous n’avons plus de vol Air India pour rentrer, la bonne est que nous avons quand même trouvé des places avec la Cie Emirates.

Mardi 17 Mars : Delhi

Rendez-vous aux fabuleux Jardins Moghols de Lhodi pour un pique-nique improvisé avec une partie de l’équipe éducative de Project WHY : jeux et danses où nous nous amusons tous comme des fous, accompagné bien sûr d’une musique Bollywood ! Pour les remercier, notre petit groupe effectuera une belle démonstration de « disco » à la française sur un air d’Alexandrie avec Claude François… un super souvenir qui restera gravé dans nos mémoires ! L’après-midi, nous continuons avec la visite de New-Delhi, du temple de Lotus jusqu’au dernier temple Sikh en passant par la porte de l’Inde. Merci Ashok !

Mercredi 18 Mars : Delhi / Dubaï / Paris

Dernier shopping le matin pour les irréductibles dont nous ne citerons pas les noms ! Bagages faits, nous quittons l’hôtel pour notre dernier déjeuner au fameux restaurant MAMAGOTO de Khan Market : partenaire de Project WHY, le meilleur accueil nous y est toujours réservé. Khan Market nous permet également de finir nos emplettes avant de revenir chez Anou pour un dernier « au revoir ». Nous quittons l’Inde avec regret et non sans une certaine angoisse pour ce pays que nous aimons tant comme pour le nôtre où les mauvaises nouvelles autour du virus commencent à s’amonceler avec son cortège de malades et de nombreux décès.

Jeudi 19 Mars : Arrivée à Paris

Après un petit transit de nuit à Dubaï et 2 vols impeccables d’Emirates, nous arrivons de bon matin à Roissy-Charles de Gaulle, le 19 … comme prévu. Stupeur à l’arrivée, pas un mot sur le Coronavirus, pas de contrôle si ce n’est celui – normal – des passeports et tous (près de 600 personnes pour un A-380) agglutinés les uns derrière les autres : vive le confinement ordonné en France 2 jours plus tôt ! 

Vient l’heure attendue de retrouver nos familles mais aussi celle de nous séparer … le cœur un peu lourd mais riche d’un superbe et unique voyage. Son titre le présageait : « Une Inde du Sud Spéciale ! »

Tous nos remerciements à l’ensemble de l’équipe de Project WHY, Anou et sa famille, Rani et la sienne, Utpal et Babli, DV Sri Daran, nos guides Ravi et Ashok, Jean-Charles Hermet et Air India Paris, le Consulat de France à Bangalore, nos chauffeurs du Karnataka, le personnel de l’hôtel Heritage Resort à Hampi, Mamagoto, notre agence réceptive Orient Express et tout son staff, sans oublier Voyage Voyage et bien entendu la fameuse équipe des participants à ce voyage : ils ont été vraiment formidables !

Les Voyages Enfances Indiennes sont des voyages solidaires. Outre nos visites et échanges avec Project WHY, ce voyage a permis de collecter et distribuer :

  • Plus de 200 kg de vêtements, matériel scolaire et jouets (merci à tous les donateurs),
  • 150 €uros de dons par participant, soit 1.500 €uros.