Les nouvelles – Mai 2015

DERNIER NE DE PROJECT WHY : LE « YAMUNA CENTER »

Il y a deux ou trois semaines, notre ami Dharmendra – Responsable du Centre des Femmes – faisait part à Anou de l’existence d’un groupe d’enfants dont il souhaitait s’occuper, à quelques kilomètres de son propre centre. Malgré les premières réticences d’Anou, Dharmendra savait se montrer persuasif…

IMG_2349Il faut dire que Surinder, le propriétaire du bâtiment où est installé le Centre des Femmes, est aussi propriétaire de terrains agricoles le long de la rivière Yamuna. Ces terres sont données en métayage à des ouvriers agricoles moyennant une rente annuelle. Ceux-ci viennent de l’état voisin d’Uttar Pradesh et travaillent la terre pour en tirer de maigres bénéfices. Extrêmement pauvres, ils vivent dans des huttes en paille et ne possèdent quasiment rien. Il y a près d’un an, un ancien instituteur gouvernemental décidait seul de commencer à enseigner aux enfants de ces ouvriers agricoles, moyennant une petite cotisation des parents. Surinder, notre propriétaire a pensé que nous pourrions unir nos forces et que si nous adoptions ce petit centre, plus d’enfants pourraient bénéficier d’une meilleure éducation avec un minimum de moyens.

IMG_2232  IMG_2229  IMG_2388

Anou découvrait à son tour ces enfants, il y a quinze jours. Un cadre idyllique au milieu de champs de légumes, mais avec comme horizon de puissants immeubles de la riche banlieue de Noïda, où plus d’une trentaine d’enfants de 5 à 14 ans apprennent à lire et à écrire sous un arbre. Ils n’ont jamais été à l’école publique et pourtant, IMG_2214grâce à leur maître, leurs cahiers sont impeccables : ils lisent avec aise en anglais comme en hindi. Leur soif d’apprendre est extraordinaire et l’on se sent tout petit devant ces gosses dépourvus de tout. Leur monde est restreint à une circonférence de 1500 m, celle des champs de légumes. 

IMG_2393Leurs cartables sont des petits sacs de céréales auxquels ils ont rajouté des anses en tissus. Ils n’ont jamais pris le métro, et encore moins visité la Porte de l’Inde à Delhi. Leur instituteur voudrait les emmener au zoo car ils ne connaissent les animaux que par les images floues de leurs livres de classe. Lors de la mousson, quand leurs champs sont inondés, ils déménagent en famille sur le bord du fleuve et attendent que les eaux se retirent pour rebâtir leur hutte en paille et reprendre le rythme de leur vie agricole.

IMG_2236Ignorés de tous, ces enfants, comme leurs parents, sont invisibles dans ces champs situés loin de leur terre d’origine et proches d’un milieu urbain auquel ils échappent : aucun d’entre eux ne possède une pièce d’identité…

Lundi 27 Avril, nous inaugurions le premier repas de classe grâce à la générosité de « Mama Go To », une petite chaîne de restaurants dirigée par un ami d’Anou. En visite à Delhi à ce moment-là, j’avais le privilège de servir ces enfants en compagnie de Dharmendra et Satish, le Trésorier de Project WHY.

Le « Yamuna Center » est né et attend votre visite !

IMG_2339 

NEPAL :

La naissance de ce nouveau centre ne saurait nous faire oublier la terrible catastrophe subie par le Népal, ses habitants et de nombreux touristes étrangers, le samedi 25 Avril, après un puissant tremblement de terre qui se répétera le lendemain et que nous ressentirons jusqu’à Delhi, distante pourtant de 1200 kms. De nombreuses organisations appellent à l’aide comme la Fondation de France  www.fondationdefrance.org , et de notre côté, conformément à l’appel lancé par Angélique sur Facebook, Enfances Indiennes aidera l’APEK « Association pour Les Enfants de Kathmandou » une fois les besoins exacts connus. www.apek-nepal.com

A ce sujet, vous pouvez faire un don spécifique à Enfances Indiennes, par chèque – virement bancaire ou en ligne, avec la mention spécifique « Népal ». Merci pour eux.

Le Président – Xavier RAY